Ces derniers jours nous avons pu voir comment les cours de l’or et de l’argent (et d’autres métaux précieux) ont été manipulés. Manipulation ; il n’y a pas d’autre mot. Car en quelques minutes, des tonnes d’or ont été vendues sur un marché illiquide. Du point de vue du vendeur ceci n’a pas de sens ; pourquoi vendre brusquement beaucoup d’or sur un marché illiquide ? Et pourtant c’est un fait. Les autorités boursières reconnaissent le phénomène mais se contentent d’observer.

La chute des cours n’est pas du tout la conséquence d’une vente d’or par un citoyen lambda. Ce que l’on sait, c’est que la demande mondiale d’or et d’argent est forte.

Sur le marché de l’or, il y a les « mains faibles » (the weak hands) et les « mains fortes » (the strong hands). Les premiers (les ‘weak hands’) sont des spéculateurs (ce qui n’a rien de péjoratif) qui considèrent l’or comme un moyen de faire rapidement des bénéfices ; ils voient à court terme et spéculent ordinairement à la hausse en ne demandant pas mieux si le prix monte, afin de revendre avec profit. Ils voient l’or comme une machine à fabriquer du liquide. Ces personnes s’arrêtent rarement aux fondamentaux de l’or et de l’argent. Lorsque le cours descend trop, ils quittent le marché, découragés, et recherchent un autre moyen de gagner rapidement de l’argent (en euros).

Les ‘strong hands’, quant à eux, voient à plus long terme (ils économisent pour plus tard) ; ils comprennent le rôle de l’or et de l’argent et ne spéculent pas. Ces personnes ne se laissent aucunement intimider par une baisse des cours (manipulation). Au contraire, les ‘strong hands’ voient dans une baisse des cours l’occasion d’en acheter plus et d’augmenter la masse totale de leur investissement. Il ne s’agit pas d’euros, mais bien de grammes. Si vous avez saisi les phrases précédentes, vous avez fondamentalement compris ce dont il s’agit en matière d’or et d’argent. Vous ne perdez que si vous perdez des grammes. L’or et l’argent sont des projets à long terme. L’euro, quant à lui, est un projet politique et temporaire. Même l’europhile Guy Verhofstadt doute de la durabilité de l’euro. Si vous croyez vraiment en l’euro, n’achetez ni or ni argent, mais placez votre capital sur un livret d’épargne.

Et qui sont les ‘strong hands’ les plus connus ? Les banques centrales du monde entier. Récemment, la banque centrale de Chine a racheté encore une grosse quantité d’or. Les banques centrales d’Allemagne, des Pays-Bas, du Venezuela et d’Autriche, sortent leur or du Canada, des USA et d’Angleterre pour le conserver en toute sécurité dans leur propre pays. La banque centrale de Russie aussi, en rachète périodiquement (marque typique d’un ‘strong hand’). Un “strong hand” ne vend jamais. Même pas quand le prix est élevé. En marge des achats d’or par la Chine, il est utile de savoir que cette dernière revend ses bons du Trésor américains ou ‘Treasury Bonds’) et achète de l’or avec les profits réalisés. L’acheteur des bons du Trésor américains n’est pas le marché libre, mais bien la banque centrale américaine (la FED). Conclusion, l’achat d’or a pour effet secondaire la création monétaire, c.-à-d. de faire imprimer davantage de dollars US… Je ne le répèterai jamais assez ; les banques centrales conservent l’or et impriment pour vous du papier. Cela tient un peu d’une religion ; vous devez croire dans le papier-monnaie et rien d’autre. Je ne suis pas d’accord ; je préfère l’or et l’argent au papier. Faites votre propre choix !

J’espère qu’avec cette contribution j’ai pu vous rassurer ; une baisse des cours n’est jamais amusante, je sais.
Mais lorsque vous voyez le tableau dans son ensemble, vous savez qu’avec l’or et l’argent vous ne risquez rien.