Peut-être vous êtes-vous déjà demandé, ou pas, quel était le coût de production d’un kg d’or ? En soi c’est une question intelligente car le coût de production ne peut/doit pas être supérieur au prix du marché, sinon le producteur y perd. L’extraction des métaux précieux est très complexe et les dépenses sont nombreuses : exploration, concession, taxes, énergie, main-d’œuvre, transport, frais financiers, assurance, eau, produits chimiques, matériel, machines etc... 90% environ des producteurs mondiaux ont un coût de production qui oscille entre 1.050 et 1.200 USD l’once d’or. Aujourd’hui, 20/07/2015, le cours de l’or est de 1.093 USD l’once. Les actions des mines d’or ont été mises à rude épreuve et leur indice (Market Vectors Gold Miners ETF, GDX) est passé de 65,80 à 15,42 USD, soit un cours divisé par 4 en quelques années. Conclusion : lorsque les actions des mines d’or menacent de sombrer, c’est que l’or n’est pas cher. S’y ajoute en outre un effet secondaire de mise au frigo des projets miniers, par manque de moyens. Tout ceci entraîne une baisse de la production d’or, ce qui est favorable pour le cours.

Ce qui est également important dans ce raisonnement, c'est qu'il faut environ 20 ans entre le démarrage d'un projet de mine d'or et le moment où la production arrive à sa vitesse de croisière. En d’autres termes, la majeure partie de l’or qui est extrait aujourd’hui dérive de projets antérieurs, voire anciens. Vous pouvez comparer cela à un whisky de 30 ans d’âge ; l’offre actuelle de whisky vieux de 30 ans a été déterminée il y a 30 ans. Vous ne pouvez rien y changer ; il est exclu de produire plus ; vous ne pouvez que limiter l’offre en ne commercialisant qu’une partie des stocks. Afin de mieux estimer l’offre d’or, il est donc nécessaire de revenir en arrière et d’étudier le taux de réussite de la recherche de nouveaux gisements d’or d’alors. Il y a cependant une bonne nouvelle ; en 1995, les découvertes de nouveaux gisements ont très rapidement baissé. Du point de vue de la production, nous avons affaire à ce que l’on appelle en anglais un « gold peak », c.-à-d. un pic de production d’or. Cette dernière est historiquement haute et, à partir d'aujourd'hui, elle va baisser systématiquement. Le même raisonnement s’applique à d’autres minerais ou produits minéraux ; on constate par ex un pic de production de pétrole ou « oil peak ». Après un tel pic, la production baisse en raison du manque de nouveaux projets susceptibles de la renforcer.

Compte tenu des arguments ci-dessus, je suis d’avis que le cours de l’or en USD est au creux de la vague. Au prix actuel il est à peine encore financièrement intéressant d’extraire de l’or, et encore moins de rechercher de nouveaux sites d’extraction et de les démarrer.

Du côté de la demande, tout va bien ; les banques centrales continuent de compléter leurs stocks et la demande des particuliers des pays asiatiques reste bonne. Et cerise sur le gâteau, l’euro est faible. Je veux dire par là que les augmentations du prix de l’or en USD ne seront pas réduites à néant du fait d’une flambée des cours de l’euro par rapport au dollar.